Le musé de James

Discussion dans 'Histoires autour d'un feu' démarrée par James Smiths, 30 Décembre 2010.

Partager cette page

Statut:
Fermé aux futures réponses.
  1. James Smiths

    James Smiths Invité

    Voici quelques textes écrit du clavier de mes parents:D:




    Roman I

    Note: **
    genre: fantastique
    longueur: grande

    Prologue

    Il y a bien longtemps de cela
    deux royaumes vivaient
    en parfaite harmonie :
    le royaume des "Elfes" et
    le royaume des "Korrigans".
    Chacun apportait paix,
    gloire et prospérité à leur peuple.
    Mais un jour,
    l'agence d'espionnage du royaume
    des Korrigans, nommée "La ligue des 300",
    organisa un meurtre contre
    El'mayr d'Averdor, un comte de sang des Elfes.
    Personne, aussi bien
    du royaume des Elfes, que de celui
    des Korrigans, ne savait qui était l'auteur de ce crime.
    Toutefois, une rumeur
    accusait un certain Ko'rfyn, assassin
    de la "Ligue des 300", connu dans
    le monde entier pour sa cruauté.
    Et c'est ainsi qu'après
    des siècles de bonne cohabitation
    les deux royaumes entrèrent en guerre.
    Cette guerre n'était pas
    une guerre entre le bien et le mal, mais une guerre dans laquelle chacun
    combattait celui qui, à ses yeux, fait le mal.

    Et c'est cela qui fait de
    mon histoire une histoire réelle.

    Chapitre I.

    El'mynt d'Avador, fils du comte assassiné,
    El'mayr d'Averdor, jura, à 10 ans seulement,
    qu'il vengerait son père.
    Toutefois, à ses 12 ans, il n'eut pas
    encore la possibilité de tenir sa promesse.
    Et cela pour plusieurs raisons :
    depuis la mort de son père
    il a la responsabilité de chaque poussière
    des terres qu'il reçut en héritage;
    il ne sait pas commander
    un navire, or il lui faudrait traverser
    l'océan qui sépare les 2 royaumes;
    à 12 ans, il serait suicidaire de
    s'attaquer à la "Ligue des 300";
    il ne possède pas d'épée, qui
    ne s'acquiert qu'à l'âge de 16 ans, âge de la majorité.

    Mais il préparait en cachette son expédition.

    Or, ce matin là, il décida d'aller
    aux cuisines du château, quand
    El'mondirr Myrvir, son plus fidèle
    serviteur, l'interpella:

    - Maître, dit-il,
    El'mondirr Myrvir, je t'ai déjà
    dit maintes fois de m'appeler par mon
    prénom car je ne suis pas ton maître mais ton ami!
    - Oui, El'mynt d'Avador,
    - Bon, quelle est ta question, dit-il, un peu agacé
    Hé, bien, voilà, un commerçant
    assez mystérieux, demande à vous voir!
    - Bien, va lui dire de me rejoindre dans la salle ...
    - Je vais le lui dire de ce pas, Sir.

    Quand l'étranger entra, El'mynt d'Avador fut frappé de stupeur en découvrant que le torse
    de son visiteur était tout lacéré
    et que les cicatrices formaient ensemble
    le sigle ylmoty" ce qui se traduit par "Ko'rfyn".

    "Ko'rfyn.... Ko'rfyn..." il
    avait déjà entendu parler de ce nom ... mais où??

    Il demanda à son visiteur ;
    - qui est "Ko'rfyn"?
    "Ko'rfyn" .... vous ne le connaissez pas?
    C'est un assassin de la "Ligue des 300" qui tyrannise tous
    ceux qui sont sur son passage.
    - Et c'est lui, qui vous a fait cela?
    - En effet, dit le commerçant
    ....quelle est votre proposition
    commerciale?
    Hé, bien, l'objet que je vais
    vous montrer est ce qui existe de plus précieux au monde!

    Et sur ces mots le commerçant
    prend un sac de cuir dont il tire un arc
    ainsi que son carquois et 10 flèches
    dont le bois renferme de la glace.
    L'arc, quant à lui, était fait
    de bois de pin dont les feuilles étaient
    de couleurs bleue-violette, ce qui
    laissait croire que cet arc était magique.

    "Oh....c'est magnifique", dit El'mynt d'Avador,
    le souffle coupé
    Oui... "magnifique" n'est pas le
    mot adéquat pour décrire cet objet, répondit
    le commerçant, le terme
    idéal serait aufu* du langage des Elfes.
    - Qu'est-ce que cela veut dire?
    Ce terme désigne le moment
    de fusion entre la nature, la magie et l'émerveillement
    - Votre objet ... combien coûte-t-il?
    - 694 écus, pas un de plus, pas un de moins
    Vous aurez cette somme à la sortie
    de mon manoir, vous pouvez partir!
    - Bien, Sir!

    El'mynt d'Avador se retira dans
    ses appartements afin d'y méditer sur la journée
    qui venait de s'écouler.
    Il venait d'avoir un entretien
    avec un commerçant mystérieux
    qui lui avait parlé de magie.... mais
    quelle forme de magie?
    Il voulait des réponses
    à ses questions et sortit de ses appartements.
    Il traversa la cuisine de son
    domaine où chacun travaillait avec ardeur,
    l'un cuisinant des gâteaux au miel
    d'Espagne, tandis que d'autres
    assaisonnaient de la viande
    d'Ardennes et d'autres
    encore goûtaient les épices
    venant de terres
    lointaines, et arriva
    dans la cour d'honneur
    où se déroulait une bagarre.
    Arrivé sur les lieux on lui
    explique que ,El'mont le chasseur du palais,
    venait de capturer une oie
    du paysan El'andif et que celui-ci demandait réparation.

    Jamais je ne te donnerai cette oie!
    dit El'mont, pointant son épée sur la gorge de son adversaire.
    Cette oie est mienne! dit El'andif
    glissant son épée dans l'écart entre
    sa gorge et celle de l'épée de El'mont.
    Suffit, intervient El'mynt.
    J'en veux une preuve El'andif!
    Maître …..chacune de mes oie est
    marquée d'une tache verte sur son aile
    gauche.
    - J'ai envie de te croire El'andif seulement,
    d'après mes informations, tes oies ont été
    confiées à James Vord,
    un montagnard;
    et je ne peux vérifier cela.
    Cependant je tiens à régler cette chose
    au plus vite; El mont garde cette oie
    et toi El'andif prends
    cette bourse de 20 écus cela te permettra
    de t'acheter une dizaine d'oies... va donc
    et vous tous partez également, l'affaire est réglée.

    Chapitre II - La magie

    Le jour suivant, El'mynt d'Avador
    sortait à peine de son sommeil quand un
    valet de chambre vint le prévenir
    qu'un forgeron souhaitait s'entretenir avec lui.

    - Fais-le entrer!

    A sa vue, El'mynt fut frappé de stupeur
    en découvrant ses habits déchirés et troués.

    Que vous est-il arrivé?
    Qu'est-ce qui vous a mis dans cet état?
    C'est la raison de ma
    venue dans votre comté
    où les armes sont empreintes de magie.
    Puis-je donc examiner votre arc et vos flèches?

    El'mynt d'Avador lui tendit son arc.

    Hum ... arc de pins à feuilles
    bleues et flèches d'eau pure,
    dit-il d'une voix de connaisseur!
    Pensez-vous qu'un humain
    soit capable de créer de tels objets?
    - Non ... c'est un travail de nains!
    - De nains .... existent-ils?
    Bien sûr .... qu'avez-vous appris
    durant votre enfance?
    L'escrime, le jeu de dames,
    le tir-à-l'arc, l'équitation?
    N'avez-vous aucune
    connaissance dans le domaine de la magie?
    - Non!
    La magie est un art ancien
    qui fait appel aux sens,
    c'est un don attribué aux personnes
    les plus instruites. Toutefois pour entrer
    dans ses secrets il ne suffit pas
    d'un bout de bois et de quelques formules
    mystérieuses, il faut, en outre, être
    doté d'un esprit fort. Plus l'esprit déborde
    d'énergie, plus les
    capacités créatrices seront étendues
    et vastes. Par exemple : le feu
    est un sort basique, alors que la
    foudre requiert des connaissances
    plus élaborées!
    La magie fait partie des 7 grandes
    puissances du monde : l'énergie,
    la chaleur, la glace, la vie, le feu,
    la conscience et enfin la magie,
    mais seul le magicien peut les contrôler.

    Comment donc savez-vous tout cela?
    Votre savoir n'est pas à la portée d'un forgeron!
    - Je ne suis pas celui que vous croyez!
    - Mais, alors, qui êtes-vous?
    Je suis «*Orfan*», plus connu
    sous le nom de Centaure,
    mais Zeus a modifié mon apparence car
    j'ai apporté mon soutien dans la lutte contre les titans.
    - Une créature mythique ... est-ce possible!
    Bien sûr ... mais à ce stade-ci
    de notre entretien je désirerais prendre congé... puis-je me le permettre ? Je vous en serai reconnaissant!

    Quand le Centaure partit, El'mynt d'Avador
    fut bouleversé car jamais
    il n'aurait pu soupçonner
    que la magie avait un tel pouvoir sur le monde.

    Pour se changer les idées,
    il décida de se rendre au salon des thés.
    Quand il y arriva, c'est
    à sa grande joie qu'il aperçut El'manti, son plus fidèle ami.

    - Bonjour, dit El'mynt d'Avador
    - Je te salue, lui répondit El'manti
    - Viens, prenons un thé!
    - Désolé, je n'en ai point le temps!
    - Pourquoi donc?
    Tu te souviens de l'homme mutilé
    par un certain Kor'rfyn?
    Oui, comment connais-tu
    cette histoire? Kor'rfyn est un assassin très dangereux ... il a tué mon père!!
    Exact ...mais, bien que
    cet assassin fut gardé prisonnier
    sous haute protection, il s'est évadé!
    - Comment !
    Oui, moi aussi j'ai été très bouleversé quand j'ai eu vent de cette nouvelle mais il faut se rendre à l'évidence
    : Kor'rfyn est d-an-g-e-r-e-u-x et il s'est évadé!

    Sur ces mots, El'manti partit.

    Chapitre III - L'attaque par surprise.

    Quand El'mynt d'Avador
    reprit conscience, il était ligoté, bâillonné.
    Il faisait nuit et il estima qu'il
    était entre minuit et une heure
    du matin quand des personnes étranges,
    recouvertes de capes noires,
    s'apercevant qu'il était réveillé,
    lancèrent d'une voix glaciale :

    - Content de ton nouveau fauteuil?
    Qui êtes-vous? dit El'mynt d'Avador
    d'une voix tremblante
    Nous sommes les serviteurs
    de la mort !!! ha! ha! ha!
    fit un homme à cagoule noire.
    - Pourquoi suis-je enchaîné?
    - C'est pour te livrer aux flammes de l'enfer!

    .... et comme l'homme à
    la cagoule noire prononça
    le mot "Virdôr" une flamme s'éleva
    des entrailles d'un rondin de bois.
    Toutefois quand une braise
    se déposa sur les chevilles
    d'El'mynt d'Avador, ce dernier s'exclama "Waisa"
    et la flamme devint tourbillon
    d'eau s'agrandissant au fur et
    à mesure qu'il s'élevait et prenait de la force.
    Quand il arriva à hauteur
    des yeux turquoises
    d'El'mynt d'Avador, le tourbillon
    se figea et devint glace!

    Les hommes en noir, aussi
    stupéfaits que lui-même,
    se dirent "comment El'mynt d'Avador a-t-il
    pu pratiquer cette magie alors
    qu'il ne l'avait jamais maniée auparavant"?

    Mais décidé à ne pas périr
    sur un bûcher, ce dernier
    tendit son arc et décrocha
    une flèche dans l'estomac
    d'un de ces hommes étranges.
    Celui-ci cria de souffrance
    avant de tomber pour ne plus jamais se relever!







    Les étrangers fuirent
    à la vue de leur
    compagnon, mort.
    Il empoignèrent leur monture et c'est
    à dos de chevaux
    que les étrangers ont fuit.
    El'mynt se sentait fatigué et s'évanouit.
    A son réveil il était dans une salles
    ornée de diverses
    symboles au couleurs
    naines.
    Il le savait il était dans l'hôpital
    des nains.
    -Bonjour, dit-un nain
    -Bonjour, dit- El'mynt.
    -Que m'est t-il arrivé?
    -Vous vous êtes évanouis.
    -Je, j'ai faim ,soif apportez
    moi ce-ci je vous prie?
    -Oui,seigneur,tous de suite.
    El'mynt ne comprenait pas pour
    quoi les nains parlaient
    avec temps d'empressement
    comme ci chaque geste ou parole
    qui venait de lui était...
    Différentes.
    Il décida de sortir de son lit de bois
    mais quand il bougea
    sa tête lui brûla
    comme si son cerveau
    flambait braise après braise.
    Cette douleur El'mynt essaya de l'apaiser,
    mais sa mission n'était que vaine il appela
    un guérisseur elfes et lui
    expliqua du mieux qu'il put sa douleur:
    -Mon cerveau est en feu!
    -Pas d'autres critères?
    -Non,dit-il sachant
    que cette réponse
    n'avancerait pas
    le guérisseur d'un poil.
    -J'ai aussi la sensation
    que mes organes sont déconnectés
    du reste de mon corps.
    -A mon avis
    vous faites une crise d'utymo,
    cette maladie va vous forcer
    de rester clouer au lit mais cela
    n'est pas bien gra...Le guérisseur
    n'eut pas le temps de terminer
    sa phrase,un
    serviteur accourait
    transportant
    un parchemin disant que son vassal
    Sir El'for de Minaram
    venait d'apercevoir deux
    étrangers qui d'après
    lui avait un chapeaux noir
    ornée des armoiries
    de la ligue des 300:
    un korrigans portant
    une cape rouge sang et entouré de vipère
    -Hem,...il correspondent étrangement
    aux étrangers que j'ai vus la nuit
    dernière.
    Faites sellez mon étalon
    et préparez des
    vivres pour trois semaines,
    astiquez mon armure.
    -Mais que se passe t-il sir,
    -Ce qui se passe mon cher valet?
    Ce qui se passe c'est que Le roi
    El'mon de Rimimandi en personne
    n'est même pas averti qu'aux
    frontière de son royaume
    et je me vais de ce pas lui dire
    cette forte désastreuse
    nouvelle.
    Dit-il à bout de nerf.
    -B...b,bien mon mon seigneur,balbultina t-il;
    -----------------------chapitre IV La course contre l'impossible----------------------

    -Sir El'moni de Fortinax
    tu à la garde du royaume;
    Dit-il sur son étalon.
    -Au revoir!Et à ces mots
    il donna un coup de botte
    dans le flanc de l'étalon.
    Il chevaucha à la vitesse de pointe
    de son cheval 2h'00 durant arrivé
    aux point d'eau
    il arrêta son cheval et lui laissa boire.
    Pendant ce temps il consulta
    sa carte,
    cela confirmait ses craintes.
    Il lui restait exactement 70km
    à parcourir en 1h'58
    il lui fallait un plus rapide
    cheval hélas le relais le plus prés
    était à 90km du châteaux
    il devrait donc parcourir 20km en plus.
    Choisissant de continuer
    sa route vers le château,il dut pousser
    son cheval aux limites de ses organismes mais il n'attendrais
    toujours pas le temps record d'1h'58.





    -




    Tome II

    Chapitre I (la course contre la montre suite)


    El'mynt donnait 10 coup d'étrier à la minute.
    Le pauvre cheval coursait le temps mais c'était en vain
    1 trentaine de minutes plus tard
    il apercevait déjà le soleil brûlant
    se coucher sur le sable doré.
    -Il talonnait son cheval ralentissant considérablement le cheval.
    Puis il aperçut un bâtiment de pierre quand il fut assez prêt pour
    déchiffrer l'écriteau il put lire:
    *»L'auberge du chamelier*»


    Il entreprit de s'arrêter
    négocier un bon cheval à un passant,acheter
    des galettes de blé et de prendre de l'eau.
    Une fois arrivé dans la taverne contrairement aux
    autres il n'y avait aucune personne ivre et fou.
    Enfin fou...C'est vite dits!
    Car des personnes au nez crochu disait pouvoir prendre le contrôle des Elfes en répétant de quelconque formules sois dis-antes magiques!
    El'mynt s'essaya sur une table et voulut commander de l'eau et quelques galettes de blé.
    Le serveur lui répondit qu'il n'y en faisais pas mais qu'il lui recommandait vivement de prendre ces délicieuses mygales accompagné de sang gnome.
    -Hem..Non merci ça ira comme ça!
    Une fois sortie de cette...taverne.
    Une fois dans l'écurie il se mit à étrier son cheval.
    Puis se rappelant que son cheval était épuisé il voulut prendre
    un autre quand soudain....





    Histoire II

    Note: ***
    Genre: Historique


    Le premier voyage de James Cook


    Alexandre Lewis, 20 ans, originaire de la Grande Bretagne sud.

    Engagé dans la marine royale anglaise à l'âge de 16 ans, je fus embarqué à bord d'un trois mats, l'«Endeavour» au titre de botaniste.

    Angleterre, 3 juin 1762

    Sous le lever du soleil d'été, vers 6 h'00 environ, un navire se dresse fièrement, entouré d'une foule où riches et pauvres se confondent...c'est l'«*Endeavour*»!
    Le vaisceau sent encore la peinture fraîche.
    Les gonds viennent d'être huilés et le bois vernis.

    Les charpentiers songent avec amusement qu'il y a seulement 15 jours ce navire n'était qu'un plan dessiné par un architecte naval, mais le voici, bien réel, prêt à prendre la mer avec un équipage appelé «*les gentlemen explorateurs*»!

    Le projet de la construction de ce nouveau bateau a été vite dressé car l'Angletterre perdait peu à peu son avance sientifique sur les autres pays.

    Sur le port de York une foule discute, crie et les gentilshommes discutent de l'importance du voyage:

    Si Cook trouve ce continent austral, l'Angletterre en tirerait non seulment un avantage économique mais cela améliorerait aussi son niveau de croissance! dit Brian.
    Peut-être ...mais qui a dit que cet immense continent existe bien? dit David.
    Les savants grecs mentionnaient déjà l'existence de ce continent dans l'antiquité! dit un étranger
    Ha, au diable ces grecs... ils parlent des choses les plus farfelues, ils affirment, par exemple, que la terre est...RONDE!!!
    Alors que tout le monde sait qu'elle est plate! répond David
    Ho!... je n'en suis pas si sûr...dit l'étranger.
    Quoi!
    Tu oserais me contredire?-
    Hmm....oui! dit l'étranger
    Tu vas payer pour ton insolence! riposte David
    Et... ho... calmez-vous... nous sommes à une inauguration ....et puis regardez.... James Cook monte à bord de la passerelle! dit Brian se dressant entre les 2 adversaires.

    En effet, l'amiral James Cook montait à bord, habillé comme
    un prince, gantelets blancs, toison dorée,veste de soie!

    Il tient à la main un clou d'or et une planche où est gravé en lettres
    d'or le nom du bateau «ENDEAVOUR» et c'est sous un tonnerre d'applaudissements que le Prince Henri brise de la lame de son épée la corde qui retient le bateau au port.



    8 juin 1762


    Hier James Cook a monté tous les intellectuels au rang de géographe ou autres titres de haute renommée.

    Cela n'a pas du tout été bien vu par les militaires vous aviez vu leur mine!

    Aujourd'hui j'ai été chargé de nettoyer le pont et si il brille je reçois une ou deux pièces d'or.

    Je cire, je cire.... cela fait au moins 2h'00 que je fais cette corvée!
    C'est qu'avec le contremaître on ne rigole pas!
    Tout au contraire.... encore heureux qu'il ait oublié son bâton sur le quai!

    Les soldats nous regardent l'air anxieux, ils ont le mal de mer mais ils affirment avoir tout vécu et être faits pour l'aventure.

    Bientôt 8h'00 !!! si dans 5 minutes je n'ai pas fini de cirer, je ne pourrais pas être à temps dans la cabine qui nous sert de salle à manger.

    Le colonel est d'une humeur maussade. Il maudit l'amiral pour les promotions accordées la veille.

    Personnellement, moi, je trouve ça très bien une promotion!!!

    Hé.... Aleksandre Lewis!
    Quoi?
    Il y a l'amiral qui veut te parler! t'as trop de chance!
    Pourquoi moi?
    J'en sais rien...mais dépêche-toi!!

    Arrivé dans la cabine de l'amiral, quel ne fut pas mon étonnement car, au lieu d'y découvrir 2 chaises cloutées, un mousquet et au plafond une tapisserie datant du moyen âge représentant une croisade, j'y vis des livres de botanique, de géographie, de sciences, de médecines...le tout entreposé sur une table.

    L'amiral emportait avec lui tout ce qui normalement ne devrait pas se trouver dans un navire mais dans une bibliothèque!

    - Bonjour ! me dit l'amiral, je suppose pourquoi tu es ici.... tu es botaniste?
    - Heu, non, mon amiral, je ne sais pas.
    - Cette carte, elle ne te dit rien? me demanda l'amiral en posant son index sur le transit de Vénus.
    - Hem...si je crois que c'est le sud de l'océan pacifique.
    - Affirmatif....et à ton avis? où sommes nous exactement?
    - Nous sommes à, exactement, 38km au sud-sud-ouest des Philippines.
    -Parfait! Je vois que tu as les facultés nécessaires pour comprendre la lettre de «*la Royal Socyety*» que je vais te montrer à l'instant!

    Cette lettre était rédigée comme suit :

    «*La Royal Socyety charge l'amiral James Cook d'explorer l'océan pacifique sud avec pour principales missions l'observation du transit de Vénus et la recherche d'un hypothétique continent austral*».

    - Alors?
    - Alors quoi, mon Amiral???
    - Tu es prêt à relever le défi?
    - Lequel, mon Amiral?
    - Celui de trouver un continent en plein cœur de l'océan pacifique
    et des états asiatiques?
    - De l'or! répondis-je à l'Amiral
    - Quoi de l'or?
    - Je veux de l'or!
    - Ainsi la science et le savoir ne t' intéressent-ils pas?
    - Si .... mais ce n'est pas avec la découverte d'un continent austral
    que je vais gagner ma vie!
    - Oui.... hélas l'or manque car en Angleterre.... c'est la crise
    alors que si nous découvrons ce continent l'Angleterre y
    emmènera des colons et elle sera à nouveau une grande
    puissance!
    - Hem.... oui... mais il m'est revenu que le taux de réussite dans ce genre d'expédition ne s'élève même pas à 40%.
    - Et alors, c'est le risque du métier!
    - Bon je suis partant!
    Bien! tu peux disposer.

    Un peu troublé, je rentre dans ma cabine, et pour me changer les idées, j'écris plusieurs poèmes sur cet océan si vaste, si beau, si féroce et la penseé que notre vie en dépend me fait frémir.

    Chapitre II - 5juin 1762

    Tout l'équipage est à table et James Cook distribue la choucroute et le contremaître des oranges.

    Chaque marin est vêtu d'une tunique de lin blanc et d'un pantalon bleu, porte des chaussures lacées de cuir ainsi qu'une ceinture où est attaché un poignard.
    Les militaires, quant à eux, portent une cuirasse, un mousquet, un sabre et une écharpe aux couleurs anglaises à leur cou.

    Ils ont également à leur disposition la tenue de l'armée de terre au complet.

    Quant aux intellectuels, chacun est muni d'une longue vue et d'un tricorne et porte une chemise garnie de boutons dorés et un pantalon de soie chinoise.
    On voyait bien que l'on avait été promu!

    Bizarrement, l'amiral n'avait pas mis sa tunique militaire mais avait opté pour une tenue plus élégante : perruque blanche, chemise brodée d'or, tricorne bleu clair, pantalon blanc avec à la ceinture
    une épée de collection dont le manche était incrusté d'un diamant provenant des côtes amérindiennes du sud .

    Cette tenue n'était cependant pas du tout appréciée par le colonel.

    IL faut le comprendre!

    Imaginez que vous êtes dans l'armée où tout est strict, militaire, discipliné, puis que votre supérieur débouche d'une tente en costume de parade .... qu'en penseriez-vous?

    L'amiral annonça que nous allions faire escale au nord des Philippines.

    Ce fut le bonheur général, surtout du côté des soldats peu habitués à la mer!

    A peine 1 heure plus tard la vigie s'écria:

    TERRE!
    TERRE!
    TERRE A L'HORIZON!

    Tout le monde se mit à courir, danser, chanter car grâce à Cook aucun marin n'était mort du scorbut......ni même d'un rhume!
    Pourtant l'amiral était anxieux car il ne savait pas si les
    tribus locales se comporteraient de façon amicale.

    Les hommes descendirent du pont au rythme de cris d'enthousiasme, de chants et du bruit des mousquets tirant sur les arbres.

    Tout le monde s'activa!

    Les soldats coupèrent du bois pour construire des palissades et baraquements de fortune.

    Les marins ponçaient le bois du bateau.

    Les cartographes établissaient des points de passage entre les rivières, voir les fleuves.

    Les dessinateurs dessinaient la flore environnante.

    Les botanistes analysaient et prélevaient des échantillons de plantes.

    Les cuisiniers accommodaient la tortue et autres mets souvent
    utilisés dans la marine.

    Quant à moi, je décidais d'aller dans une partie peu accessible de la crique et y découvris une flèche décorée d'une plume verte.

    L'endroit était...HABITE!

    Je voulus prévenir l'amiral quand un anaconda, camouflé jusqu'àlors par un arbre et des lianes, se mit à m'entourer puis une minute plus tard je sombrais dans l'inconscience.

    A mon réveil, un peu étourdi, je m'étonnais de me retrouver dans une hutte de terre cuite couverte d'un toit de paille.

    - Pourtant je ne suis pas en Afrique, loin de là, pensais-je!

    C'est alors que je vis entrer un guerrier pour le moins BIZZARE!

    Il était coiffé de plumes d'oiseaux du paradis, vêtu d'un pagne de feuilles et de divers bijoux de jade.
    A sa main gauche il tenait une lance que je trouvais obsolète pour une époque où les armes à feu avaient déjà fait leur apparition.

    A en déduire par son regard, il devait être fâché...très fâché!

    Il me signe de venir vers lui, puis de m'agenouiller.

    J'obéis et l'étranger me décora d'une plume de couleur azur,
    ensuite je me relevai et l'indigène, me tenant par le bras, me fit comprendre de venir au centre du village par quelques marmonnements incompréhensibles se composant principalement de «*bha*» et de «*bhi*».!

    Il faut dire que si je le compris c'est parce que je possédais les langues des îles Philippines et de celles qui l'entourent.

    Mais soudain je réalisai qu'il me confondait avec un dieu!

    J'avais la peau blanche, d'accord, je transportais des pièces d'or sur moi, d'accord.....mais quand même!!

    Je me dis alors que c'était un rêve..... je me pinçais ....mais la situation ne changeait pas!

    Pourtant je n'avais pas envie d'être pris pour un dieu; je devais
    m'échapper de cet endroit le plus rapidement possible.

    Mais j'étais entouré de guerriers qui n'avaient pas vraiment l'air
    de vouloir discuter.

    D'un geste menaçant je sortis mon épée de son fourreau puis m'avança prudemment en direction d'un sentier coincé entre deux
    huttes du même style que la première.

    Arrivé à hauteur d'un talus de 1 ou 2 mètres de haut qui servait à
    protéger le hameau, je sprintai puis escalada un muret de torchis et courus dans la faune; cinq minutes plus tard et après être certain d'avoir semé les indigènes,l'examina
    la flore environnante.
    Et c'est à ma grande surprise que je vit du sucre!
    Et oui,du sucre.
    Je voulais le goûter; d'après les cuisiniers,c'est succulent.
    __________________
     
  2. pilou68

    pilou68 Invité

    j'ai rien lu mais tu t'es donné du mal, Bravo :)
     
  3. Theeigface

    Theeigface Invité

    James Smiths, merci de cesser de faire des "up" de ton message. Si les joueurs veulent y répondre, ils le feront, ne t'en fais pas. ;)
     
  4. James Smiths

    James Smiths Invité

    Pas besoin de le dire, si c'est juste "Bravo" et que en plus on ne dit rien de constructif.

    @ Theeigface: Au lieu de juste me faire la remarque, tu pourrais faire un commentaires, non?
     
  5. Rodobastank

    Rodobastank Invité

    tu sais quand il s'agit d'aider quelqu'un Theeigface ne fait rien alors bon !
    elle aide les personnes que elle aime bien , c'est tout !
     
  6. Scara

    Scara Invité

    @James, c'est blindé de fautes de syntaxes, j'ai commencé de lire mais j'ai vite areté, c'est plein d'imagination mais c'est pas agréable à lire.Je comprends pourquoi Theeig n'a pas dit Bravo :D

    @Rodo, tu veux encore des vacances pour tout le mois de Janvier ?
     
  7. Spyky

    Spyky Invité



    c'est vrai que tu te magasine un autre ban... pense ce que tu veux penser mais ne dit pas ce que tu pense car si sa continu tu aura un autre ban...


    et puis theeigface c'est un "un" pas un "une":rolleyes:
     
  8. Theeigface

    Theeigface Invité

    Les premières lignes m'ont suffit à prendre la décision de ne pas continuer à lire ton texte. Cela te convient James Smiths ?

    @Rodobastank : je vois que la nouvelle année n'a pas changé grand chose. Espérons que tu prendras de meilleures résolutions en 2012.
    Pour ta gouverne je ne suis pas là pour aider, mais pour modérer. Je te conseille vivement de cesser d'agacer tes camarades de jeu, sinon quoi je prendrai les nouvelles résolutions à ta place. Bonne année.
     
  9. GLADSTONE

    GLADSTONE Retraité

    Inscrit depuis le :
    30 Mai 2009
    Messages :
    5.294
    "J'aime" reçus :
    7
    James, je te conseillerai déjà, du moins dans la première partie, de faire moins de retours à la ligne. ;)
     
  10. Polosis

    Polosis Invité

    @ Rodo : Magnifique le donneur de conseil ! Et toi tu fait quoi pour aider TW ?

    @ James Smith : Très bien ! On ploge malheuresement trop vite dans le sujet il faudrait plus de présentation ;) Sinon le sujet est recherché je suis un amateur de bons bouquins fantastiques certes tu n'es pas un nouveau J.K.Rowling mais tu as des idées !
     
  11. James Smiths

    James Smiths Invité

    Bon ben :eek:....
    Voici un autre récits:


    Quand le passé deviendra le futur...



    CHAPITRE I

    Je contemplai la prairie par la fenêtre de ma chambre.
    Elle était desséchée.
    Par endroits, quelques touffes d'herbes brûlées subsistaient encore.

    C'était un jour d'hiver.
    Depuis longtemps il n'y avait jamais moins de quarante dégrée centigrades
    sur le comté d'Exa.

    J'étais orphelin. Mes parents avaient disparu alors que je n'étais encore qu'un nourrisson et le vieux Zars m'avait recueilli. Il se préoccupait peu de moi, mais c'était normal*: je n'étais qu'un enfant sans famille, un enfant anormal.
    Zars était, je l'avais constaté une personne à classer dans la grande armoire nommée Mystère.
    Pour donner un exemple, il ne dort pas.
    Je le répète, il ne dort jamais.

    Sinon, il était gentil. Il m'avait inscrit dans une école qui, d'après les gens, était réputée être la meilleure du comté. Si c'était le cas, ce serait très embêtant*!
    Il faudrait que monsieur le général révise
    un peu l'éducation...

    C'est d'ailleurs à cause de cela que je suis obligé de rester à la maison de Zars tous les lundis après-midi car il y avait cours de physique, c'était un ordre et ici on respecte un ordre même si on sait que ça ne sert à strictement rien.

    Seulement, je n'avais pas du tout l'intention de mourir d'ennuis.
    Mais comme Zars n'était pas là, je forçais la porte de son bureau (bien que forcer soit un grand mot étant donné qu'elle était toujours ouverte) et commençai à effleurer du doigt les milliers d'ouvrages s'entassant dans la fabuleuse bibliothèque de Zars. Je passai de longues heures à découvrir les délicieux ouvrages à la lueur des bougies.

    Souvent, Zars rentrait tard, très tard.
    Il ne travaillait plus depuis bien longtemps mais continuait à aller quotidiennement à
    l'université d'Ornarre, à l'extrême sud du comté.

    Bien que disposant d'un vaisseau se déplaçant rapidement, il fallait compté quelques heures avec une marge d'une demi-heure au cas où Zarvan, le neveu arrogant du comte d'Exa fassent une petite
    inspection.
    Bien sûr, Zars avait toujours ses puces administratives en règle mais Zarva prenait un plaisir fou
    à embêter les bon citoyens du comté.
    En faîtes, si Zarvan savait intercepter les vaisseau, c'est que dès qu'on traversait son territoire,
    une onde venant d'un robot de l'aérodrome personnel de Zarvan arrivait à bloquer les vaisseaux.
    Les voyageurs devait alors patienter pour que le capitaine du détachement des vaisseaux sécurité
    viennent contrôler les passagers.
    Zarvan avait aussi le pouvoir de faire exécuter les passagers du vaisseau à l'aide d'une autre petite merveille technologique qui était en faite un pistolet dont les balles, qui s'ouvraient une fois deux
    matériaux touchées, laissaient échapper des gaz extrêmement radioactifs.
    C'est pourquoi, chaque fois que Zars partait, ma gorge se serrait, qu'allais-je faire si il venait-à mourir?
    Irais-je dans un de ces monstrueux orphelinats de la métropole?
    J'eus un frisson en y pensant.
    Quelques minutes plus tard, j'alla se coucher et s'endormit...

    CHAPITRE II

    Je m'étais réveillé de bonne heure, après m'être habillé avec un pantalon de coton et une veste de velours, je descendis l'escalier et ouvrit la porte du salon, là une tablette noire faisait un bruit sonore, je m'en suis approché et je vis un avertissement qui indiquait qu'un message m'avait étés envoyés en provenance d'Exa centrale.
    Je touchais le bouton «*ouvrir*» et je pus lire:

    «*Désolé, je ne rentrera pas avant fin de mois.

    Z.A*»

    Ce message était signé Zars Arlan, mais qui ne me disait pas que c'était Zarvan ou un de ses garde qui l'avait envoyé?

    Et puis, Zars ne me laisserait pas tout seul, c'est impossible...
    Depuis que mes parents et ma famille était mort suite à une expédition, je n'était jamais resté longtemps seul.

    Deux propositions me sont venues, la première la plus simple périr ici.
    La seconde, sortir d'ici; à moins que le message soit vraiment de Zars, ce qui était presque impossible.

    Je pris mon courage à deux mains, vêtit un manteau en fourrure et pris la carte magnétique de Zars.

    J'ouvris grand la porte de la maison et...
    Un grand monsieur au traits sévères tout habillé de blanc s'avança vers moi.
    Comme par hasard, le premier individu que je rencontrais avait l'air d'un ange déchus.
    Il m'adressa un sourire triste et me lança:

    -Tu es qui bonhomme?
    -Je, je m'appelle James Ornarre. Ai-je bégayé
    -Tu es sûrement le petit dont Zars m'a parlé.

    Alors voilà que ce monsieur connaissait Zars.

    -Vous connaissez Zars? ai-je dis un peu moins tremblant mais tremblant tout de même.
    -Analyse notre conversation, si je te répondais par oui ou non, serais tu plus avancé?
    -Non mais...
    -Et voilà qu'il est timide, ce sera plus difficile que prévu! se dit-il en lui même.

    Mais, que me voulait-il à la fin?

    -Et puis, pourquoi Zars vous a parlé de moi?
    -Chaque chose en son temps.
     
  12. GLADSTONE

    GLADSTONE Retraité

    Inscrit depuis le :
    30 Mai 2009
    Messages :
    5.294
    "J'aime" reçus :
    7
    Bravo, j'ai trouvé celui-là beucoup mieux que le précédent (mieux mis en forme, par exemple...) ! :)
     
  13. James Smiths

    James Smiths Invité

    Merci.
    Celui là, date de hier.
    L'autre date de septembre 2010!
     
  14. Spyky

    Spyky Invité

    oui j'ai bien aimé !

    j'aurais aimé une petite intro expliquant le personnage est débute l'histoire où? (description), qui est-il (plus en détail)...

    mais sinon, l'orthographe est bien mieux que l'autre... c'est toi qui écrit ça, ou tes parents ?
     
  15. James Smiths

    James Smiths Invité


    Et ça va pas non!
    C'est MOI qui l'ai écrit:p!
    Si non, dans de la Science-Fiction, il n'y a jamais de prologue et un écrivain ne livre pas toutes les informations d'un coup, c'est le suspens.

    ps: Je suis juste apprenti écrivain parce que à 10 ans ben...
     
  16. GLADSTONE

    GLADSTONE Retraité

    Inscrit depuis le :
    30 Mai 2009
    Messages :
    5.294
    "J'aime" reçus :
    7
    Il parle pour l'orthographe, pas pour l'histoire ! :p
     
  17. James Smiths

    James Smiths Invité

    Ha....
    Non, c'est encore moi!
     
  18. ThElelektek

    ThElelektek Invité

    Tu n'as que 10 ans? Bah dis, je trouve sa vachement bien pour quelqu'un de ton âge. ;)
     
  19. James Smiths

    James Smiths Invité

    Merci.
    Mais le tout, c'est de devenir ecrivain et ça c'est pas gagné :rolleyes:.

    ps: lien prohibé...
     
    Dernière édition par un modérateur: 6 Février 2011
  20. Spyky

    Spyky Invité

    je devient ton manager et on fait Fifty-Fifty

    avec moi c'est gagné :D
     
Statut:
Fermé aux futures réponses.